argent. Il y avait peu de temps qu'il était achevé lorsque Duguesclin, qui guerroyait dans l'Entre-Deux-Mers, s'en empara. Il fût acheté en 1407 par les frères Canteloup.

 

En 1408, ils commencèrent à le faire restaurer. Le sénéchal ordonna à Monet de Canteloup de s'arrêter. La destruction fût ordonnée. Monet appela de la décision du sénéchal au roi d'Angleterre. Henri IV ordonna de surseoir à la démolition et autorisa la continuation des travaux »*.

 

Puis succédèrent les Gères en 1495. Dès le XVème, les meurtrières originelles furent remplacées par des fenêtres et des cheminées. Au XVIème fut construit un des plus imposants colombier de la région. Surtout au XVIIIème Pierre de Gères fit construire un grand corp de logis contre la façade méridionale ainsi que toute la ferme agricole.

 

L’ensemble du château subit de « grandes réparations » en 1858, travaux qui ont donné au château, selon Léo Drouyn, « un grand aspect décoratif ».

 

* Extraits de Les Châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, Edouard Guillon, Tome troisième. 1868.

HISTOIRE

« A la fin du XIème siècle, les hautes plaines de l'Entre-Deux-Mers, n'offraient à l'œil qu'une contrée à peu près inculte, au milieu de laquelle fût bâtie une maison forte. Cette maison forte et ses seigneurs disparaissent pendant les siècles suivant pour réapparaitre au XIVème et, sur l'emplacement de la vieille maison forte, l'un d'eux bâtît le château de Camarsac auquel, suivant une tradition ancienne, le Prince Noir (Edouard de Woodstock) aida de son influence et de son